Referència: Pagès, A. (2018). Aliénation de l’enfance et compétences pédagogiques. Revista Illusio, 18, 213-229.

Resum:

Dans le monde actuel de l’éducation, le discours des compétences pédagogiques est devenu hégémonique. Il a réussi à unifer et homogénéiser, en une seule notion, la multiplicité historique des philosophies et théories de l’éducation développées jusque-là. De même en ce qui concerne l’analyse et l’étude des « enfances » au pluriel. À l’opposé du concept d’autonomie chez Rousseau, les compétences pédagogiques réclament un enfant fgé dans sa propre décision et volonté, renfermé sur son « pouvoir », un enfant intemporel, sans histoire. L’enfant ne sera plus un être pour-soi ; il deviendra un objet susceptible de rendre un bénéfce et de devenir « productif ». Les petits, tout comme les vieillards, sont par nature improductifs : toutefois, le discours des compétences pédagogiques les empêchera de continuer ainsi.